Dernière visite d'estancia jésuite ce matin, une énième page qui se tourne... Ce que je préfère au final, ce sont les "endroits communs": les toilettes! Avec leur irrigation en dessous qui va direct fertiliser les plantes médicinales, ces jésuites ont vraiment déployé des trésors d'ingénierie!
On est allé ensuite dans un petit village piéton niché au creux des sierras: la Cumbrecita. Oh surprise! Ce village a des airs de petite suisse avec ses chalets en bois, le tout hansel et graetelisé bien sûr, mais le charme reste intact, surtout avec le petit ruisseau qui serpente au milieu de blocs de pierres arrondies, formant lacs à truites, cascades et rapides, au milieu de pins et arbustes aux fleurs oranges. Au détour d'un chemin, une petite chapelle avec son toit en bois, nous fondons, on se croirait dans un village de conte de fée, il semble que rien ne puisse venir perturber la quiétude et la douceur qui baignent ces ruelles escarpées.
Et quand l'heure est venue de faire fonctionner la tuyauterie gastrique, on a bien failli verser un larmiche: knack, spaetzles et chou!! Le tout maison, parfaitement assaisonné avec cumin, paprika, bref un enchantement pour les papilles, un régal bavarois, on s'en est donné à cœur joie...
On a traversé les sierras en long en large et en travers, sans y croiser le moindre condor, c'est à dire montée, descente, vallée, montée, descente, etc...
J'ai décidé de ne pas céder au diktat ambiant et d'ignorer les appels de phares, il fait parfaitement jour, pas de poussière, routes goudronnées, je ne vois pas l'intérêt de mettre les luces. Erreur, c'est obligatoire dans le province de Cordoba. Ce sont les policiers caminal qui me l'ont dit. Toujours pas de prune, j'y ai pourtant bien cru cette fois...ils sont si arrangeant dans ce pays!
Ce soir, on a tenté raclette ou fondue, pour continuer dans le thème montagnard, malheureusement le resto était fermé, comme 80% des établissements de Mina Clavero... Je crois qu'on est hors saison!